Au parc Monceau, on se souvient de Michel Berger

Enclosure_vertical_block
 
Paris.fr: Culture
02.01.2013

Inauguration de l’allée Michel Berger
C’est le 19 décembre que l’allée Michel Berger a été inaugurée au parc Monceau  en présence de France Gall et de Bertrand Delanoë .
 Crédit Photo : Thierry Boccon-Gibod 
La moitié nord de l’allée est du parc Monceau  (8e), longue de 210 m, a été retenue pour porter le nom de cet interprète, compositeur, producteur et directeur artistique qui a marqué la culture populaire française, des années yéyé à la fin des années 80. Parmi tous les artistes français de son temps, Michel Berger occupe une place à part. Il a cherché à exprimer toute son intelligence et toute son émotion dans des formes musicales universelles.
Né le 28 novembre 1947 à Neuilly-sur-Seine, de son vrai nom Michel Hamburger, il est mort le 2 août 1992 à Ramatuelle, âgé de 44 ans seulement. Fils du professeur de médecine Jean Hamburger et de la concertiste Annette Haas, le petit Michel grandit dans un monde où la culture tient une place essentielle. Enfant précoce, élève brillant du lycée Carnot, Michel enregistre à 16 ans ses premiers 45 tours et compose pour les jeunes talents qu’il est chargé de découvrir chez Pathé Marconi.
Devenu directeur artistique chez Filipacchi, il écrit dès le début des années 70 pour Francoise Hardy et France Gall, avec laquelle il formera bientôt un couple légendaire.
En 1979, Michel Berger lègue à la comédie musicale française une oeuvre majeure : « Starmania, le spectacle », joué au Palais des congrès. C’est un succès colossal. Michel Berger devient alors un artiste reconnu. En 1980, son nouvel album « Beauséjour » contient des chansons qui deviennent rapidement des classiques, comme « La Groupie du pianiste ». La même année, il est acclamé sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées.
Dans le même temps, il est l’auteur de musiques de films, notamment « Rive droite, rive gauche » de Philippe Labro, et s’engage dans des oeuvres humanitaires : « d’Action École », « Chanteurs sans frontières » ou encore « Les Restos du coeur ».
Michel Berger / Johnny Halliday – Diego, libre… par spianissimo
Dans un rythme effréné, Michel Berger enchaîne dès lors interprétation et composition, comme le fameux « Quelque chose de Tennessee » de Johnny Hallyday et “Diego, libre dans ta tête”. En 1992, il enregistre « Double jeu » avec France Gall, son dernier album. La même année, il est fauché en pleine gloire par une crise cardiaque. Soucieux de s’adresser à tous, mais aussi nourri de culture musicale classique, Michel Berger a contribué à donner à la chanson française ses lettres de noblesse.
En longeant les allées du parc Monceau, chacun se rappellera avec nostalgie “ça balance pas mal à Paris” et autres fleurons de la chanson française des années 1980.

Réaction

Soyez le premier à donner votre avis!
Ajouter un commentaire

Mots clés les plus populaires

Les prochaines conférences

janvier 2008
lun mar mer jeu ven sam dim

Actualités